Aṣa en interview : « Je me suis vraiment mise à nu dans cet album. »

Posted by | août 26, 2014 | LIVE


Aṣa lors de sa Deezer Session

Aṣa lors de sa Deezer Session

Aṣa captive le monde depuis son premier album, éponyme, sorti en 2007. Grâce à sa voix rauque, chaude, pleine de vie(s), elle porte aussi bien les couleurs de Paris, où elle est née, que du Nigéria, où elle a grandi. Entre soul, funk et rock, elle a bâti un univers envoûtant. Elle revient avec un troisième album studio, Bed of Stone, qu’elle a vécu comme un dépassement d’elle-même. Après nous avoir offert une Deezer Session intense, elle nous le raconte en interview.

Les artistes disent souvent que le troisième album est un challenge encore plus gros que les précédents. Est-ce que ça a été le cas pour toi ?

Tout à fait ! C’était un très gros challenge. Cet album a été dur à enregistrer, mais j’en suis très contente.

« Dead Again » est le premier single extrait de Bed of Stone. C’est une chanson très puissante, pleine d’amertume, qui parle du fait de laisser partir quelqu’un qui t’a fait du mal. Quelle est son histoire ?

J’étais en colère lorsque j’ai écrit cette chanson. Je venais d’être trahie par quelqu’un de très proche. Je suis arrivée à Hastings où je devais retrouver Blair [MacKichan, musicien qui a co-signé des tubes de Sia, Paloma Faith, Lily Allen et Olly Murs, ndr] pour la première fois, pour écrire. En fait, nous avons écrit la chanson en 2 heures à peine, après mon arrivée. Je l’ai enregistrée avec beaucoup de colère dans la voix, et n’ai pas été capable de l’enregistrer à nouveau. La version de ce morceau est en fait une démo. C’était impossible de la refaire avec autant de colère et de ressentiment. Je l’ai choisie comme premier single parce qu’elle a l’humeur et l’émotion tel que je l’ai voulu au moment de l’enregistrer.

« J’ai même pensé arrêter la musique, aller à l’université étudier la littérature. »

Ton album semble beaucoup parler du fait de se débarrasser des ondes négatives qui peuvent t’entourer (« Satan Be Gone », « Dead Again », « Moving On »). Est-ce que tu as dû passer par là pendant l’enregistrement de l’album ?

Absolument ! C’était dur, et avec beaucoup d’émotions. J’ai enregistré cet album deux fois. J’ai même pensé arrêter la musique, aller à l’université étudier la littérature… Je me suis même inscrite à Kings College, à Londres.

A quoi/qui penses-tu quand tu chantes « Satan Be Gone » ?

« Satan Be Gone » a été écrite lors du second enregistrement, pour m’exorciser ! Suite à tous les tourments que j’ai eus pendant le premier enregistrement.

Quand tu chantes « it’s not too late to be grateful » [« il n’est pas trop tard pour être reconnaissant »] dans « Grateful », à quoi fais-tu référence ?

Quand on traverse des épreuves, on oublie parfois d’être reconnaissant pour ce que nous avons, et qui nous sommes. Il faut garder à l’esprit que la plupart des gens n’ont pas autant de chance, mais n’en apprécient pas moins la vie. Je me sens très fautive, je me plains constamment, sur mon apparence ou ma façon d’être. Je vois la vie, et moi aussi, d’une autre façon maintenant, et je suis reconnaissante de pouvoir être et faire ce que j’aime.

« J’ai beaucoup grandi, et je ne me prends pas trop au sérieux. J’apprends à vivre. »

Bed of Stone semble être « l’album de la maturité » pour toi. Le communiqué de presse te mentionne, disant « j’ai grandi ». En quoi la nouvelle Asa est différente de l’ancienne ?

J’ai beaucoup grandi, et je ne me prends pas trop au sérieux. J’apprends à vivre. J’ai précisé que j’ai appris à nager, à faire du skate.. ce sont des choses que l’on apprend normalement en tant qu’enfant, mais ça a été une autre histoire pour moi, je n’ai pas eu d’enfance, je ne pouvais pas être une petite fille. Pas de petits copains, on m’a élevée très tôt pour être une femme, j’ai été préparée à être une épouse, pas une enfant ou une adolescente. Je cuisinais pour ma famille avant même mes 10 ans, j’étais dans un pensionnat à 12 ans et j’ai pris soin de mes grands-parents dès mes 16 ans. Maintenant, je vis.

Tu as écrit ton album en voyageant. Où as-tu trouvé l’inspiration ?

Je suis partie comme ça, sans réfléchir, et j’ai écrit au fil des voyages. La meilleure étape a été Nashville. J’ai rencontré des gens, me suis fait des nouveaux amis, et j’ai écrit avec eux. J’ai aussi fait des longs voyages en voiture seule. Je me suis inspirée de mes expériences en tournée, mes déceptions, ma vie amoureuse, la nostalgie… Je me suis vraiment mise à nu dans cet album.

« J’ai grandi vocalement, et je n’ai pas peur de montrer ma vulnérabilité. »

De quelle manière ta patte musicale a-t-elle évolué, selon toi ?

J’ai grandi vocalement, et je n’ai pas peur de montrer ma vulnérabilité.

Beaucoup de gens présentent ton premier album comme un classique. Qu’est-ce que ça te fait ?

Je suis très honorée ! #jesuisunefillechanceuse (Tout le monde parle en hashtag maintenant). C’est vraiment génial.

Tu as beaucoup chanté sur le fait de trouver le vrai amour. Est-ce que tu le cherches toujours ?

C’est très important de trouver son âme soeur ! Ma mère ne l’a pas trouvé et je sais à quel point ça a pu l’affecter. Je le veux !

Sur Twitter, tu parles beaucoup des écolières nigérianes qui ont été kidnappées. Quel est ton rôle en tant qu’artiste dans cette affaire ?

J’ai été une de ces filles, mon pensionnat se trouvait à trois heures du leur. Ca aurait pu être moi ! J’aurais pu facilement me faire kidnapper et je n’en serais pas là aujourd’hui. Ces filles ont été brisées. J’essaie juste, à mon échelle, de faire en sorte qu’on continue à parler d’elles. Pour qu’on ne les oublie pas.

(Ré)écoutez Bed of Stone sur Deezer :

Add a comment

*Please complete all fields correctly

Related Posts

Posted by astrid | 28 août 2017
Cet été Deezer était partout. C’est simple, pendant plus de 5 mois nous avons traversé la France de fond en...
Posted by astrid | 05 juillet 2017
Cette année, Deezer s’est lancé dans une toute nouvelle aventure : l’édition du 1er My Deezer Festival dans trois villes...
Posted by astrid | 25 avril 2017
Première pour Deezer Happy Hour, l’émission radio proposée par Deezer, en direct des festivals. Tour de chauffe au Printemps de...